Je paye seul le crédit immobilier en cas de séparation : que faire ?

Couple qui se dispute

Les couples prennent souvent la décision d’acheter des biens immobiliers ensemble. Pour réussir le projet, il est d’usage de contracter un crédit auprès d’une banque. Malheureusement, le taux de divorce dans les couples est de plus en plus élevé. Beaucoup de personnes unies par le mariage finissent par songer à une séparation. Dans la plupart des cas, un conjoint peut refuser de payer le crédit immobilier engagé. Voici donc quelques mesures à prendre dans ce cas.

Pensez à une désolidarisation de l’emprunt

désolidarisation emprunt

Même si acheter un bien immobilier (logement) avec son conjoint semble être une bonne idée, les conséquences sont moins intéressantes en cas de divorce du couple. Vous pouvez vous retrouver à rembourser seul votre prêt suite au refus de votre époux.

Malheureusement, lorsque vous ne serez plus en mesure de payer, la banque peut saisir le bien immobilier. Pour ne pas aller jusqu’ici, vous pouvez vous désolidariser du crédit. Comme l’indique le nom de cette procédure, vous avez le droit de vous désengager du paiement du crédit immobilier.

Pour le faire, vous aurez besoin d’envoyer une lettre en recommandé avec accusé de réception à votre banque. Dans cette dernière, vous devez expliquer les raisons qui motivent votre décision. De même, les solutions que vous proposez doivent y être également mentionnées.

Par ailleurs, votre banque n’est pas systématiquement tenue d’accepter votre demande de désolidarisation. Elle doit analyser un certain nombre de facteurs inhérents aux nouvelles conditions. De plus, l’établissement bancaire est en droit de refuser si le risque est trop grand. En cas de refus de la part de votre banque, deux solutions s’offrent à vous.

Suggérer la caution d’un tiers

Lorsque vous n’avez pas suffisamment de ressources pour prendre en charge tout seul le remboursement du crédit immobilier après un divorce, la banque peut refuser une désolidarisation. Heureusement, vous pouvez proposer la caution d’un tiers. Ce dernier se portera garant pour solder le montant à rembourser du crédit immobilier. Vous n’aurez qu’à le mentionner dans la lettre. Toutefois, vous devez vous assurer que le tiers jouit d’une situation financière stable pour rembourser le crédit restant.

À lire également :  Rachat de crédit sur une banque en ligne : quels sont les détails ?

Faire un rachat de soulte

Quand une banque refuse une désolidarisation du prêt immobilier, il est possible de faire un rachat de soulte. Cette opération consiste à racheter les parts de l’indivisaire en cas de divorce ou séparation du couple. En effet, votre ex-époux reçoit les parts en numéraire de ses droits. De ce fait, vous serez le seul à rembourser le crédit contracté pour l’achat de la maisonVous serez également le seul membre du couple à profiter du logement.

Toutefois, votre taux d’endettement ne devra pas excéder les 35 %. En gros, vous devez pouvoir justifier que votre situation économique est stable et que vous disposez du reste à vivre nécessaire. Par ailleurs, il faut souligner que le calcul du montant du rachat de soulte suite à un divorce doit prendre en compte le régime matrimonial qui lie les deux époux.

Ce montant peut être défini par un notaire ou par un accord en commun à l’amiable entre les ex-époux.

Procédez à un remboursement anticipé du prêt immobilier

Lorsque votre ex-époux refuse de payer le prêt immobilier contracté, il est possible de solliciter un second prêt pour anticiper le remboursement. Les conditions du remboursement anticipé sont spécifiées dans le contrat établi avec la banque. Il sera utile de bien les relire pour savoir si vous serez confronté à des pénalités ou non.

Optez pour la vente de la maison

Lorsque vous devez payer seul le prêt ayant servi à l’achat de votre maison, vous avez le droit de demander sa vente. Ainsi, le revenu issu de la vente peut être utilisé pour payer le crédit commun.

Dans certains cas, certains époux peuvent faire preuve de mauvaise foi. En effet, vous ne pourrez pas vendre une maison acquise en commun sans l’accord de l’autre partenaire. Ce dernier peut alors exiger un tarif assez élevé qui entraverait la vente du bien. Dans ce cas, vous pourrez continuer à payer la dette alors qu’il n’en fait pas autant. Dans ces cas, vous avez le droit de demander un recours judiciaire.

À lire également :  Les meilleures banques en 2022 pour un crédit immobilier

Demandez un recours judiciaire

 recours judiciaire

Le recours judiciaire est la dernière option pour obliger votre ex-époux à rembourser le crédit immobilier contracté par le couple. Vous pourrez donc procéder à une mise en demeure ou l’obliger à payer grâce à une injonction. Cependant, il est crucial de vous renseigner sur la solvabilité de votre ex-conjoint.

En effet, certains peuvent ne plus être en mesure de payer à cause de leur situation financière instable. De ce fait, il est recommandé de s’assurer de la solvabilité de son ex-conjoint. C’est un processus qui peut impliquer des frais importants. Au risque de perdre votre argent, se renseigner en amont est le plus important.

Existe-t-il un risque si l’ex-époux ne paye pas ?

Malheureusement, le refus de payer un crédit immobilier n’expose pas que le fautif. Ce sont les deux ex-époux qui sont exposés. S’il s’agit d’une simple séparation alors que vous n’êtes pas divorcé, vous êtes tenu de solder à la place de votre moitié. Cela reste valable dans le cas d’un mariage sous le régime de la communauté des biens. Dans les autres cas, vous n’êtes pas obligatoirement tenu de rembourser le crédit à la place de l’autre à moins qu’il y ait une clause qui le spécifie selon votre régime.

Dans le cas d’une insolvabilité après un divorce ou une séparation, les deux conjoints peuvent être fichés au FICP. La conséquence directe est que vous ne pourrez plus contracter de prêt sur le territoire national. Néanmoins, les banques saisissent les biens en communs à l’aide d’un huissier.

Amandine Carpentier
Les derniers articles par Amandine Carpentier (tout voir)

Partager cet article :